Réunion du 8 mars 2005

Accueil 2005-2006 2004 -2005 2003-2004 2006-2007

COMPTE RENDU

Participants à la réunion : Martine BEGUIN, Pascale BRUDER, Jean-Marie BUTTARD, Claire DARRAS, Sylvie Jacquet, Annick LE PAUTREMAT, Bénédicte LEPY, Christine NIERMONT, Jean-Bernard POULOT, Fabienne SERIGNAC, Florence SULTAN, Myriam TOUZET, Florence SERVY, Nadine CHEYLUS, Didier DUCOTE.

Excusées : Hélène LOURDET, à laquelle nous souhaitons un bon rétablissement ; Hélène TISSOT.

I. Informations générales :

· C.A. de la FNAME : le 22 mars, Jean-Marie se rendra au C.A. de la FNAME à Paris.

· Question : Y aura-t-il une formation CAPA-SH option E cette année à Dijon ?

· Intervention de Lydie Pfander-Mény sur les entretiens de parents fixée pour la réunion du 24 mai.

· Didier DUCOTE, maître E à Quétigny est venu nous proposer de participer à l'élaboration d'un texte sur le rôle du RASED, du Maître E et la Prévention. Il fait partie du Groupe Départemental de l'AIS et travaille sur ce texte en collaboration avec des maîtres E et des rééducateurs. Nous serions intéressés mais MAITEOR étant une association extérieure à l'Education Nationale, il nous semblait difficile de participer à l'élaboration d'un document pour et de l'Education Nationale. Il serait en revanche possible de donner nos points de vue mais à titre personnel seulement et non sous le nom de MAITEOR. Donc si certains d'entre vous veulent donner leur opinion sur le rôle du Maître E et la Prévention, il vous est possible de le faire en envoyant un Mail à Didier DUCOTE : familleducote@tele2.fr

· Jean-Marie nous a proposé de discuter sur des points précis du nouveau livret Lire au CP 2 : - notre rôle de Maître E : le livret Lire au CP 2 nous impose de prendre un nouveau statut : celui de conseilleur (ou conseiller ?) pédagogique spécialisé au niveau des enseignants. Mais nous pensons que notre rôle premier est d'être auprès des élèves. Et si nous devons être conseillers pédagogiques spécialisés auprès des enseignants, alors il faut nous en donner les moyens, à savoir du temps et de l'argent !

II. Les interventions en maternelle.

Faisons-nous de la Prévention ? Que peut-on faire en maternelle ? Comment s'y prendre et dans quel cadre ? Voici les questions auxquelles nous avons tenté de répondre tout en échangeant nos pratiques pédagogiques.

1/ Faisons- nous de la prévention ?

Nous voulons des difficultés les moins ancrées possibles c'est pour cela qu'il est important d'intervenir en maternelle avec un petit groupe d'élèves. Nous pouvons faire des choses avec un groupe restreint que ne peuvent pas faire les enseignants avec leur groupe classe.

La démarche des maîtres E en prévention en maternelle est de plus en plus importante : sur 12 Maîtres E présents, 9 d'entre nous interviennent en maternelle, principalement en GS, à un moment donné ou sur l'année complète. Cela fait un pourcentage de plus de 50% sur une moyenne de 3heures par semaine.

Mais nos interventions sont très largement limitées, surtout en zone rurale, principalement par les enveloppes de frais de déplacement. Les lieux d'intervention sont donc souvent choisis selon deux critères : les écoles de rattachement (cela ne nécessite pas de frais de déplacement), et les écoles où les rééducateurs ne peuvent intervenir (s'il y a des rééducateurs !).

2/ Que peut-on faire en maternelle, dans quel cadre ?

En maternelle, la mission de Maître E est très proche de celle du rééducateur : il s'agit de favoriser un langage d'explicitation, d'évocation. On doit " toucher " et motiver l'élève en utilisant l'affectif c'est à dire en travaillant sur les prénoms, sur des albums…

La prévention peut prendre différentes formes : soit travailler avec toute la classe et faire tourner les groupes toutes les 20 minutes, soit travailler avec des groupes d'élèves en difficultés et faire des séances d'1heure ou 2 heures par semaine selon les difficultés des élèves.

3/ Des exemples d'activités .

Projet d'écriture en CP : il est possible de mettre en place un projet d'écriture avec un groupe d'élève intégré dans le projet d'écriture de la classe.
Avec des groupe de 3 ou 5 GS : séances de ¾ d'heure divisées en trois parties deux fois par semaines : - travail de mémoire en insistant sur la répétition afin d'ancrer les choses, de reformulation de ce qui a été fait les séances précédentes ; - travail sur l'abécédaire avec un travail plus précis sur le vocabulaire et sur les lettres des prénoms : " L comme Lion… " ; - travail en graphisme ; - images séquentielles : raconter une histoire à partir d'images séquentielles afin de travailler l'observation d'images ; - raconter une histoire simple pour qu'ils puissent la raconter de manière autonome en classe.
Les rythmes : frapper des rythmes, les écrire, les coder puis les relire et les manipuler.
La découverte du principe alphabétique : Le travail sur la découverte du principe alphabétique est pratiqué par tous les Maîtres E présents et intervenants en maternelle. Mais il faut choisir un ou deux objectifs et s'y tenir.

4/ Quel matériel peut-on utiliser ? :

- PHONO, La Cigale - PHONO, Edition Hatier pour développer les - ATELIER DU PHO-SYLL, BCH, Hubert Chevreul. compétences phonologiques

- CATEGO, Edition Hatier : pour apprendre à catégorier. Possibilité de faire des règles de classement et de classer selon des règles données. Il s'agit de donner du sens à ce que disent les élèves, de faire des liens entre les mots, de développer la capacité d'évocation.

- LEXIDATA SPATIAL pour travailler sur  l'organisation spatiale

- JEUX de Boule

5/ Qu'est-ce que le CAMSP : explication de Myriam TOUZET

- 24 enfants qui viennent au CAMSP.

- 1h 30 par groupe de 4 maximum. Durant ce temps, de nombreuses activités sont prévues. Il est important de donner aux enfants un " faux choix ", c'est à dire qu'on leur propose suffisamment d'activités pour qu'ils aient l'impression de choisir celles qu'ils vont faire mais qui en réalité, sont prévues.

- 3 plages d'intégration pour voir les élèves dans leur classe ou pour observer de nouveaux élèves.

- liaisons fréquentes avec le corps médical et les enseignants.

- les types d'enfants : ceux qui peuvent avoir un handicap lourd, des troubles du langage…

- prévention tertiaire au jardin d'enfants : prévention pour éviter que les difficultés s'aggravent.